Nos conseils pour bien s’occuper d’un rosier

Nos conseils pour bien s’occuper d’un rosier

Vos rosiers sont le plus bel ornement de votre jardin. Ces fleurs font votre fierté, mais elles demandent, pour arriver à maturité, des soins attentifs et vigilants.

Le choix du terrain

Il importe d’abord de choisir un endroit bien ensoleillé, car les rosiers, quelle que soit leur variété, ont besoin de beaucoup de lumière. Si votre sol est trop lourd, le rosier ne s’y plaira pas. De même, il n’appréciera pas les terrains trop humides, où l’eau stagnante baigne les racines. Ce type de sol favorisera les maladies de cette plante délicate.

La préparation du sol

Il doit faire l’objet de soins particuliers, qui permettront d’assurer la croissance du rosier. A la fin de l’hiver, il convient ainsi de bêcher légèrement le sol autour du rosier. Prenez garde de ne pas endommager les racines durant cette opération. De temps à autre, il convient de biner au pied du rosier et d’enlever toutes les mauvaises herbes qui pourraient freiner la croissance de la plante.

Arroser et fumer son rosier

Le rosier n’aime guère les sols humides, mais il a pourtant besoin d’un arrosage régulier. Cette opération n’est pas nécessaire en hiver, mais indispensable au printemps et en été. Elle ne doit pas se faire trop souvent, environ une fois par semaine, mais de façon abondante. Ainsi, les racines s’habitueront à rechercher l’eau plus profondément dans le sol.

Cet arrosage doit se faire le matin ou à la fin de la journée, à l’abri de la chaleur. Arrosez le pied du rosier, sans toucher les fleurs, qui seront ainsi plus résistantes.

Par ailleurs, un apport d’engrais adapté donnera plus de vigueur à la plante. Pour cela, il existe des engrais organiques conçus pour les rosiers, à base de potasse surtout, et aussi d’azote, de phosphore et de magnésie. Vous pouvez ajouter à cet engrais des cendres de bois, très riches en phosphates. Selon la variété de rosier, l’apport d’engrais se fera en une seule fois, à la fin du printemps ou au début de l’été, ou devra être renouvelé.

Une taille indispensable

La taille permettra d’assurer une meilleure croissance et une plus belle floraison du rosier. La taille, pour être efficace, doit avoir lieu chaque année. Le moment précis varie selon les types de rosiers ; elle peut s’accomplir en hiver, période de repos pour la plante, ou en été pour certains rosiers. La taille peut donc s’étaler entre le mois de novembre et le mois de juillet.

Selon que le rosier est remontant, produisant plusieurs floraisons dans l’année, ou non remontant, avec une seule floraison, la date choisie pour la taille sera différente. Un rosier remontant doit être taillé à la fin de l’hiver, alors qu’un rosier non remontant doit plutôt l’être à l’issue de la floraison, c’est-à-dire à la fin du mois de juillet. D’une manière générale, la taille consistera à éliminer les branches mortes ou très âgées, qui détournent une partie de l’énergie de la plante. Les branches poussant vers l’intérieur, qui empêchent la lumière de parvenir à la plante, doivent être également supprimées. Ne gardez qu’entre trois et cinq branches, en coupant davantage les branches un peu chétives, qui n’en repartiront que mieux. Pensez également à couper les branches en biais, pour favoriser l’écoulement de l’eau de pluie et protéger les éventuels bourgeons. Enfin, n’oubliez pas de retirer les roses fanées.

Traiter son rosier

Le rosier est une plante fragile, sujette à des maladies spécifiques. Il peut être attaqué par la rouille du rosier, qui se manifeste par l’apparition de pustules orangées, la chlorose, qui produit un jaunissement des feuilles, ou encore l’oïdium, qui forme une fine pellicule blanche sur les feuilles. Les pucerons peuvent également gêner la croissance de la plante.

Pour éviter ces maladies, le mieux est de soumettre votre rosier à un traitement préventif régulier. Certains sont naturels. C’est le cas d’une plante très efficace, la prêle, qui a une action très notable contre certaines maladies du rosier. Sur le site de ctendance.fr vous retrouverez tous les conseils jardinage pour préparer vous-même la décoction et la pulvériser dès le printemps, environ deux fois par mois. De même, le lait, mélangé à de l’eau, produira, s’il est pulvérisé sur le rosier, une sorte de matière collante qui tuera les champignons. Le purin d’orties, qui provient du mélange d’orties macérées dans de l’eau, est également très efficace contre les pucerons. Même la simple eau savonneuse, issue de la dilution de savon de Marseille dans une quantité d’eau déterminée, prévient l’apparition de certaines maladies.

Par ailleurs, des produits spécifiques peuvent, s’ils sont appliqués de façon préventive, protéger vos rosiers. C’est le cas de la bouillie bordelaise, fongicide utilisé par l’agriculture biologique. De son côté, le bicarbonate de soude, additionné à de l’eau bouillante, est souvent très efficace, de même que certains solutions, prêtes notamment à agir contre l’apparition de la chlorose du rosier.

Nos conseils pour bien s’occuper d’un rosier
N\\\\\\\'hésitez pas à noter cette page 🙂