Extension de maison : comment s’y prendre ?

Vous avez en tête de réaliser l’extension de votre maison, car celle-ci ne répond plus à vos attentes en matière d’espace ou d’aménagement ? Vous souhaitez tout simplement rénover en vue d’une vente future ? Il est tout à fait normal que vous vous demandiez comment s’y prendre. Vous trouverez dans cet article tous les détails que vous devez savoir pour cela.

Les différents types d’extension

Selon l’espace disponible, mais aussi selon la configuration initiale de la maison principale, il est possible d’étendre la maison de différentes manières. Ainsi, il est possible d’effectuer :

Une extension horizontale :

Celle-ci est destinée à ceux qui possèdent un grand terrain et qui ont encore de l’espace pour construire. Cet agrandissement peut se faire par la création d’une nouvelle structure à l’avant ou à l’arrière de la maison principale.

Elle peut également se faire par l’agrandissement en pignon, c’est-à-dire que vous rallongez votre habitation sur sa continuité. L’extension horizontale peut également être faite en créant une avancée sur l’habitation principale afin de créer un L.

Enfin, cette extension peut également être faite à quelques mètres de la maison, pour créer une habitation attenante. Une extension horizontale peut être à étages ou une simple maison basse.

Une extension verticale :

Comme son nom l’indique, ce type d’extension consiste à rajouter un étage supplémentaire à l’habitation existante. Elle est spécifiquement dédiée à ceux qui n’ont pas beaucoup de terrain. Cette solution est idéale pour ceux qui habitent dans les grandes villes où l’impossibilité de construire à côté de la maison est une quasi-réalité.

L’extension verticale, également appelée surélévation permet de gagner des mètres carrés en dessus de l’habitation principale. Elle peut se faire soit en intégralité, soit partiellement.

Une extension par excavation :

Ici, l’extension se fait en dessous de votre maison par la création d’une espace de type cave. L’extension de ce type est parfois destinée à servir de cave à vin, de studio de musique, de salle de jeux ou de garage souterrain.

Le choix du type d’extension se fait donc en fonction de l’espace disponible, de la structure initiale de la maison principale et aussi de votre budget. Au vu de la grande technicité et des autres exigences pour l’extension, il est toujours recommandé de faire appel à des professionnels en la matière comme misterdevistravaux.

Les matériaux pour l’extension

Outre le type d’extension à faire, il est également utile de penser au type de matériau avec lequel vous souhaiteriez réaliser votre extension.

Il est tout à fait envisageable techniquement et esthétiquement parlant, d’utiliser des matériaux différents de ceux utilisés sur l’habitation principale sur l’extension. Cette dernière peut être réalisée entre autres avec des briques, du verre, du bois, du béton cellulaire, du parpaing ou du métal.

Le choix du matériau dépendra du plan de la nouvelle structure ainsi que de la structure actuelle de la maison principale.

Faire appel à un professionnel

L’aide d’un professionnel en extension ou rénovation de maison est plus qu’essentielle dans un projet d’extension.

Choisissez un professionnel compétent avec de l’expérience en matière d’extension. Il peut vous aider dans l’établissement du plan de l’extension. Il peut aussi vous être utile dans la proposition de solutions quant au meilleur choix de type d’extension et de matériaux pour la réalisation de votre projet. Par ailleurs, il peut vous donner un devis selon le budget que vous vous êtes fixé.

Les démarches administratives

Dernière chose à ne pas oublier dans votre projet d’extension : les démarches administratives. Les règlementations en vigueur applicables aux extensions concernent trois points :

  • La déclaration préalable des travaux : indispensable si l’extension est comprise entre 5 à 20 m² hors zone PLU et 5 à 40 m² dans une zone PLU.
  • Le permis de construire : indispensable pour une extension d’une superficie de 20 m² en zone hors PLU et plus de 40 m² dans une zone PLU.
  • La règlementation thermique: elle varie selon la superficie de l’extension, mais elle reste obligatoire.