Les différentes techniques de bouturage

Toutes les plantes nécessitent une technique de bouturage adaptée, tenant compte des saisons qui influent sur l’aspect et le développement de vos plants. Voici les différentes variantes utilisées:

Appellation en fonction de la coupe de votre bouture

Bouture simple

La tige prélevée est coupée à la base en biseau (de préférence juste en dessous d’un oeil pour favoriser le développement des racines) puis la partie haute est sectionnée. Séparez vous des feuilles au bas de la tige, ainsi que des fleurs.

la bouture simple

Bouture en crossette

L’enracinement étant notre objectif, pour améliorer nos chances de réussite, vous pouvez garder à la base de votre tige un morceau de la branche mère, comme ici : Cette technique fonctionne sur certaine variétés.

bouture en crossette

Bouture à talon

Dans la même idée que «la crossette» la tige est prélevée avec une petite partie de la plante mère.

bouture à talon

Appellation en fonction du choix de votre bouture

Bouture herbacée

Le terme « herbacée » désigne les parties encore jeunes de vos plants, en pleine croissance. Les boutures herbacées ce font généralement printemps/été ou bien toute l’année à condition que vous soyez équipé d’une serre.

bouture herbacée

Bouture aoûtée (lignifié)

C’est tout simplement les tiges herbacées qui ont grandi et formé du bois, alors pourquoi « Aoûté »? Parce que c’est généralement après le mois d’Août que ces branches se forment et durcissent. Les boutures se préparent l’automne et l’hiver.

bouture aoutée

Bouture semi-aoûtée (semi lignifié)

C’est le stade intermédiaire à la forme «Aoûté». Pour les reconnaitre, la base est dure et sa partie haute est encore tendre. Les boutures ce préparent entre la fin de l’été et le début de l’automne.

Appellation en fonction des conditions de bouturage

En pleine terre

Certaine boutures peuvent se planter à même le sol, bien sur l’espace doit être ameublie. Les boutures aoûtées ou semi aoûtées provenant de plantes vivaces ou arbustes s’y prêtent très bien, seul bémol, l’endroit que vous allez choisir doit être définitif pour laisser grandir convenablement votre bouture.

Bouture à l’étouffée en terre (bouturage à l’étouffée)

C’est la technique la plus utilisée. Elle consiste à recouvrir vos boutures. l’objectif est de favoriser la reprise des racines dans un milieu confiné avec un bon taux d’humidité et température pour diminuer l’évaporation. Mais qui dit humidité dit moisissure! L‘aération est donc vitale sinon gare aux maladies

cloche

Bouturage dans l’eau

Certaine plantes peuvent se développer dans l’eau. C’est le cas des plantes d’intérieur par exemple, les racines développées sont plus fragiles (la bouture de rosier dans l’eau n’est pas vraiment recommandée).

Préférez des récipients opaque pour garder vos racines dans l’obscurité et couvrez votre récipient par un film plastique (par exemple) pour éviter la contamination de l’eau et l’évaporation. (Vous piquerez vos boutures à travers).

bouture dans l'eau

En sachant que votre eau doit rester limpide (ajoutez y un peu de charbon de bois ou remplacez la toute les deux semaines). Veuillez aussi à couper les feuilles au bas de la tige afin qu’elles ne pourrissent pas au contact de l’eau. Et placez le tout dans un espace mi-ombragé!

Les différentes techniques de bouturage
4 (80%) 3 votes